Pierre Verron, chirurgien

Dès ma première année de formation de chirurgien de la face et du cou débutée à Paris en 1994, j’ai été très attiré par la partie esthétique de ma spécialité chirurgicale.
Aussi ai-je choisi des stages hospitaliers parisiens axés sur la chirurgie esthétique de la face et du cou.

Mon cursus

Après un cursus de 6 années, j’ai réussi en 2000 le DESC (Diplôme d’Etudes Spéciales Complémentaires) de chirurgie de la face et du cou qui comprend un module dédié à la chirurgie esthétique.

En 2004, appartenant à l’une des 5 spécialités autorisées à injecter le Botox, j’ai suivi une formation à Nice pour apprendre les injections de Toxine botulique et d’acide hyaluronique. J’ai alors injecté mes premières patientes avec beaucoup de satisfaction, découvrant une véritable passion.
Le pouvoir d’embellir ou de rajeunir une femme (ou un homme) me procure beaucoup de bonheur.

La discussion du projet me parait aussi importante que l’acte technique. Je ne la néglige pas et y consacre le temps nécessaire. Il me faut comprendre les souhaits de la patiente avant de lui proposer une technique adaptée.

De 2004 à 2005, j’ai assisté à de nombreux ateliers médicaux organisé par des confrères plasticiens Bordelais. Ces séances de compagnonnage m’ont permis de progresser plus rapidement.

En 2005 j’ai concrétisé mon orientation esthétique en obtenant le Diplôme Universitaire de Chirurgie Esthétique de la face et du cou à Lyon.
Pour être complet sur le visage, j’ai été formé à Saint Paul de Vence en 2006 puis à Paris en 2008 aux différentes techniques de peelings.

En mars 2008, j’ai intégré un groupe de plasticiens experts dans l’injection d’acide hyaluronique. Nous nous réunissons 2 fois par an afin d’optimiser nos techniques d’injection, en mettant en commun notre expérience.

En mai 2008, le laboratoire suédois QMED qui commercialise le Restylane (acide hyaluronique pour le visage) a obtenu l’autorisation de mise sur le marché du Macrolane, acide hyaluronique concentré permettant d’augmenter le volume des seins ou des fesses.

Ayant une grosse habitude des injections d’acide hyaluronique pour l’augmentation des pommettes (SUB Q), le laboratoire QMED m’a proposé une formation à Paris en Juillet 2008. J’ai fait partie des premiers chirurgiens Français habilités à injecter du Macrolane, dont la technique d’injection est très voisine de celle du Sub Q. J’ai très vite commencé à injecter mes premières patientes attirées par cette nouvelle technique, et j’ai comme elles été séduit par le caractère naturel des ces augmentation mammaires et fessières, dont le toucher n’a pas le côté artificiel des implants.

En septembre 2008, j’ai suivi une formation à Paris me permettant d’enseigner à des consœurs ou confrères l’injection de SUB Q dans les pommettes. Je suis passé avec beaucoup de plaisir du statut d’élève à celui de formateur. Ces séances de formation me permettent également de progresser.

Je fréquente régulièrement les congrès d’Esthétique.

Début 2013 j’ai entendu parler d’une technique très prometteuse de réduction des bourrelets graisseux par le froid. Après 6 mois de recul, j’ai écouté une communication d’un confrère chirurgien plasticien niçois sur le Coolsculpting de Zeltiq, méthode révolutionnaire, alternative non chirurgicale à la liposuccion, qui permet d’éliminer les bourrelets graisseux tenaces. J’ai alors questionné mes confrères chirurgiens plasticiens présents sur le congrès : pourquoi cette technique innovante et aux résultats si convaincants n’était elle pas plus répandue en France ? J’ai appris que la société Zeltiq avait vendu en 5 ans plus de 1050 Coolsculpting aux Etats Unis. Elle n’a commencé à importer le Coolsculpting en France qu’en 2012. En un peu plus d’un an, elle a livré 25 Coolsculpting. Confiant dans cette technique prometteuse j’ai acheté le 26 ème Coolsculpting français, comblant ainsi le vide géographique sans Coolsculpting entre Dijon au Nord, Avignon au Sud, Genève à l’Est et Vichy à l’Ouest. Le fort intérêt de mes patientes et patients et les excellents résultats obtenus ont conforté mon choix d’être le premier et le seul sur la région Rhône Alpes à disposer du Coolsculpting.

Haut de page